Histoire ambidextre

Petit excercice à 4 mains avec Luz 




Je marchais d’un pas rapide en direction de ce petit bar, à l’angle de la rue la boétie dans le quartier des Champs-Élysées.
J’avais rendez vous avec cette demoiselle dans 10 minutes, cela faisait bientôt un an que nous échangions des mails quasi-quotidien, des photos également … Nous ne nous étions jamais parlé au téléphone, sa voix restait un mystère. Au fur et à mesure du temps, les propos étaient devenus plus osés, les photos plus dévoilés, les échanges plus sensuels … elle meublait souvent mes fantasmes et mes rêves érotiques … Depuis que j’étais seul, elle était devenu ma petite amante virtuelle, une grande complicité s’était installé entre nous. L’occasion m’était donné aujourd’hui de la rencontrer lors de cette semaine de formation professionnelle sur Paris … j’avais sauté sur l’occasion, elle ne s’était pas fait prier.
J’ai poussé la porte du troquet … mon cœur battait la chamade et ma bouche était sèche.

Elle était assise à une petite table dans le fond de la salle, un livre à la main …
Elle a levé la tête en ma direction et un grand sourire a illuminé son visage et ses yeux pétillants, j’ai senti une décharge d’adrénaline me traverser. Sa petite robe noire lacées sur sa poitrine y était peut être pour quelque chose.

   — Bonsoir, charmante demoiselle
   — Bonjour, vous …

Au bout de quelques minutes d’échanges un peu maladroit, sur le temps, sur Paris sur mon premier jour de formation, à me noyer dans ses yeux, à me laisser bercer par sa voix douce et sensuelle, je lui ai pris la main… J’ai senti un frisson en elle et elle a serré encore plus la pression …
Nos pieds déjà s’entremêlaient.

Je l’écoutais me raconter sa journée, mes yeux allaient de ses yeux à sa bouche, plongeaient vers le petit grain de beauté à la naissance de son cou, imaginaient des reliefs plus prononcés, et remontaient vers ses prunelles palpitantes. 

   — Ce soir je t’invites à manger chez moi, j’ai tous les ingrédients pour un petit plat de ma spécialité, tu m’en diras des nouvelles … Ce sera mieux qu’au resto …
   — Pas de problème … On s’arrête dans une épicerie de quoi faire des mojitos et je m’occupe de l’apéro…

Nous sommes sortis du bar, serrés l’un contre l’autre en direction de la bouche de métro la plus proche. Je ne pouvais rien faire, cette fille m’attirait comme un aimant …

Pendant que nous marchons, je me demandais ce qu’il m’avait pris de suggérer de dîner chez moi. J’essayais de me souvenir ce qu’il me restait réellement dans mes placards et qui serait susceptible de faire office d’un repas… Nous prime place dans une rame. Son parfum m’obnubilait à tel point que j’avais la tête qui tournait. Sans doute le remarqua-t-il puisque qu’il me demanda si ça allait, ce à quoi je répondis d’un sourire. Il me prit la main et la serra le restant du trajet, tandis que nous continuions de parler de notre vie à chacun.
Après un changement, nous arrivons enfin à destination encore plus en appétit qu’au départ, nous dévorant l’un et l’autre du regard.

La rue est noire de monde en ce début de soirée estivale. On en profite un peu pour flâner puis nous faisons rapidement les courses. J’ajoute deux trois ingrédients en plus de ceux dédier aux mojitos, puis nous filons en direction de mon appartement.

   — J’espère que tu aimes les épices ? lui dis-je en ouvrant la porte. Entre.
   — Ça ne devrait pas me déplaire, je pense. Répond-il en me faisant un clin d’œil.

Je lui fais faire le tour du propriétaire, ce qui en gros met cinq minutes… puis lui laisse le champ libre dans la cuisine pendant que je me refasse une beauté. Puis je le rejoins pour commencer à préparer mon petit plat…

   — Alors ce mojito ?
   — Hop. Un peu de menthe et c’est parfait…
   — Mmh… ça a l’air succulent…

On s’installe alors sur la canapé pour trinquer tandis que le reste mijote. La conversation reprend et vogue vers des sujets plus osés comme l’alcool glisse sur nos palais.



Je ne sais pas si c’est ses yeux, la vue plongeante de sa petite robe noire, la chaleur de sa jambe contre ma cuisse, où la discussion qui devenait de plus en plus décousue, je me suis penché tout à coup pour l’embrasser. Elle a répondu à ma tentative en me dévorant littéralement la bouche. Nos langues se sont emmêlées. J’ai envoyé valser le verre de mojitos sur la table et me suis mis en tête de lui ôter toute étoffe de son corps, j’avais faim de sa peau, de son odeur, de son goût … J’ai découvert ses jolis seins pour les sucer, les mordiller, j’avais envie de la manger toute entière. J’adorais ses quelques grains de beauté parsemant son torse, j’ai commencé à lui enlever son tanga pour découvrir son sexe trempé. Elle respirait fort et son cœur battait la chamade, ma queue me faisait mal tellement je bandais … Elle a entrepris en quelques mouvements de m’ôter tee-shirt, jean et boxer … en libérant mon sexe de son étreinte … un court instant seulement car elle l’a vite englouti dans sa bouche … je sentais sa douce pression et ses va-et-vient sur ma hampe, j’avais des éclairs de plaisir dans le bas ventre et la colonne vertébrale …
Je me suis libéré de son étreinte et je l’ai renversé sur le canapé … j’avais une envie irrépressible de la goûter … Je me languissais de faire le tour de la propriétaire …
Ma langue faisait de lent va-et-vient, tantôt mou tantôt dur sur son clitoris, ses lèvres, son odeur et son goût me rendais fou … Elle gémissais de plus en plus fort … ma main lui caressait en même temps les seins et les cuisses et en quelques secondes elle s’est cambré en criant … elle venait de jouir … Un sourire a fait place sur son joli visage dans l’instant suivant.
Elle m’a pris doucement par la main pour m’amener dans sa chambre, et elle m’a littéralement poussé sur le lit … Je me suis retrouvé allongé, nu la queue offerte à son regard. 

   — laisse toi faire maintenant … a-t-elle susurré avec un regard narquois.

J’adorais quand parfois mes partenaires prenaient des initiatives, décidément cette fille m’attirait comme un aimant.


Je glissais ma main vers la table de chevet et allumais une bougie de massage... Puis j'attrapais dans le tiroir deux rubans en satin qui ne demandaient qu'à servir depuis qu'ils y reposaient. Ça allait être leur jour. Je relevais ses bras, faisant courir un des rubans le long de son torse puis lui liait les mains sans trop l'entraver... On ne sait jamais, ses mains pouvaient encore servir... J'éteignis la bougie. son odeur lancinante de karité et de coco avait envahis l'ambiance électrique de ma petite chambre. Je l'embrassais puis lui bandait les yeux.

La première goutte d'huile le fis sursauter même s'il s'y attendait. Je la laissais couler jusqu'à son nombril, puis m'accroupit sur ses cuisses pour entamer le massage de son corps qui me faisait brûler d'envies. J'enveloppais chaque parcelle de sa peau des effluves grisantes pendant qu'il soupirait de délectation. 

   —  Je reviens... Susurais-je.

Les bananes étaient juste caramélisées dans leur sirop de sucre roux et d'épices... C'était parfait... Je revins le plat à la main... Mêlant les odeur de cuisines et de bougie sucrée. Je l'entendis respirer et souffler qu'il avait encore faim. Justement. 
Je croquais un morceaux de bananes et vint le poser entre ses lèvres avides. Tandis que nous dégustons notre repas frugale, il me vint l'envie d'un autre fruit. Je lui débandais les yeux puis me mis tête bêche pour offrir à son regard ma croupe. J'entrepris de prendre sa queue déjà gonflée dans ma bouche, malaxant ses bourses doucement. Aspirant, léchant, caressant. Déliant ses mains, il attrapais mes fesse pour me faire subir le même traitement...

La lueur du matin outrepassait ses droits, venant filtrer au travers des rideaux. Un sourire se déposa sur mes lèvres tandis que je repensais à son cris de jouissance lorsque j'étais venue m'empaler sur lui.

6 envolée(s) lyrique(s):

Philo a dit…

Etant entré un peu rapidement dans le vif du sujet, je n'avais pas noté qu'il s'agissait d'un quatre mains avec Luz ! :)
Je t'imaginais déjà avec une autre fille et ça m'allait assez bien comme scénatio jusqu'au moment où ... j'ai eu un doute !
Normal ...
Alors j'ai tout repris dans le bon ordre ! ;)
C'est doux, gourmand et fruité ... et ça se mange sans faim :)
Ravissantes ces petites captures ! :)
Bises.

In Virgo Veritas a dit…

Philo >
héhéhé :) finalement c'est un scénario classique...
Merci...
Bises aussi ;)

Ibid Norio a dit…

tres jolie histoire... et trs joliment racontée...
bravo !
bizous

In Virgo Veritas a dit…

Ibid Norio >
Merci monsieur ;)
Des bisous

Laume a dit…

Une histoire sensuelle, un ton délicat et des situations torrides.

Cette histoire laisse des traces dans nos mémoires.

Hate de lire d'autres récits rédigés avec autant de brio.

In Virgo Veritas a dit…

Laume >
Bienvenue !
C'est mon unique "exercice" de texte long... je ne suis habituellement pas très loquace... mais ça ne veut pas dire que je ne me délierai pas la langue une autre fois !
Merci pour vos encouragements !
:)

Enregistrer un commentaire

Dites moi tout !

Copyright © 2011 - ... - est propulsé par Blogger et aménagé par In Virgo Veritas
Smashing Magazine - Design Disease - Blog and Web - Dilectio Blogger Template