Mon propre fantome




Depuis de longs mois, depuis trop longtemps
Je cours, angoissée par le tendre passé
Auquel, malgré mes pleurs, je suis tant attachée
Je fuis, encore et encore, par la main le serrant

Je voudrais l'égorger, je voudrais l'oublier
Mais ma main toujours caresse sa joue
Je voudrais tant pourtant lui tordre le cou
Et adieu mes regrets et mon cœur serré

Le couteau sous la gorge, même, je me noie
Dans un flot de compassion, si aimante
Mélangé de rage et d'images déprimantes
Je me relève pourtant, si dure que ce soit

Le combat intérieur n'est donc pas fini
Je ne souhaite pas haïr; alors que dire d'aimer ?
J'ai les rêves et l'espoir qui se sont tout ternis
J'ai le cœur qui ne veut plus se faire rejeté.

  Le Mal de Vivre by Barbara on Grooveshark

0 envolée(s) lyrique(s):

Publier un commentaire

Dites moi tout !

Copyright © 2011 - ... - est propulsé par Blogger et aménagé par In Virgo Veritas
Smashing Magazine - Design Disease - Blog and Web - Dilectio Blogger Template